Facebook Pixel
La vie

Souvent le dernier espoir: la maison mère-enfant

Elles sont menacées par leur partenaire, sont sans domicile fixe, ont des difficultés financières ou souffrent d'une maladie psychique. Dans une maison pour mère et enfant, les mères et leurs enfants peuvent se ressourcer et réorganiser leur vie. Familienleben s'est entretenu avec Yvonne Stadler, directrice du KiEL Bethanien à Zurich.

Le foyer pour mères et enfants est souvent le dernier espoir des mères.

Le Bouleau-Huus doit redonner une structure au quotidien des mères et des enfants dans des situations sans issue. Photo: iStock, Thinkstock

Y a-t-il quelque chose que toutes les mères qui vivent avec vous au Bouleau-Huus Bethanien à Zurich ont en commun ?

Yvonne Stadler : Toutes viennent nous voir dans une situation de vie difficile, dans laquelle elles ne savent plus quoi faire. Certaines ont des problèmes psychiques, d'autres sont déjà devenues mères à l'adolescence et sont dépassées par leur rôle de mère, certaines souffrent de violence dans leur relation. Une place est toujours réservée chez nous pour une mère ayant un passé d'addiction.

Comment le séjour à la Maison de la Mère et de l'Enfant peut-il aider ces femmes ?

Pour les mères qui viennent d'arriver, la seule question qui se pose au réveil est: "Comment vais-je survivre à cette journée ?" Nous les aidons à donner une structure à leur journée: Se lever, faire les courses, accompagner les enfants tout au long de la journée, cuisiner, faire le ménage. Avec les mères, nous discutons peu à peu de leur situation de vie. Une psychothérapie est obligatoire chez nous. Elle aide les mères à se stabiliser et à travailler sur leur histoire. L'objectif de notre travail est de permettre à la mère et aux enfants de vivre ensemble dans la mesure du possible, afin que les enfants ne doivent pas être placés ailleurs.

Comment renforcer les compétences parentales des mères ?

Dans le cadre de la formation des parents, les mères apprennent beaucoup sur l'alimentation, la santé et le développement de leurs enfants. Elles sont soutenues par des conseils éducatifs et, en cas de surmenage, soulagées par l'équipe. En outre, nous observons la cohabitation de la mère et des enfants. Les mères parviennent-elles à assumer suffisamment de responsabilités? Nous déterminons avec les mères le niveau de soutien nécessaire pour que les enfants se sentent bien. Dans la sécurité et le calme, les mères retrouvent leurs enfants et les enfants peuvent reprendre confiance en leur mère et renforcer leur lien. "Devenir forts ensemble" - telle est la devise du Bouleau-Huus.

Quelles sont les offres pour les enfants ?

Nous accordons une grande importance à un quotidien adapté aux enfants. La fréquentation de la crèche Bethanien permet d'une part de soulager les mères et d'autre part de donner aux enfants la possibilité de nouer des relations avec des camarades de jeu et de vivre la "normalité" d'être un enfant.

La séparation d'avec d'autres membres de la famille peut être douloureuse pour les enfants.

Si les pères ne représentent pas une forte menace, comme la violence domestique et les menaces d'enlèvement, nous essayons de les impliquer. Les pères peuvent venir leur rendre visite et passer la nuit chez eux avec leurs enfants une fois par semaine pendant l'hospitalisation de la mère. Nous avons également un appartement familial où tous les membres de la famille peuvent vivre ensemble. C'est pourquoi nous ne parlons plus de foyers mère-enfant, mais d'institutions parents-enfants. Dans ce nouvel environnement, nous pouvons assister à de nombreuses belles rencontres dans les familles. Les entretiens éducatifs ont lieu, dans la mesure du possible, avec les mères et les pères. Il existe également des entretiens communs avec les grands-parents, au cours desquels les événements du passé sont abordés.

Combien de temps les mères et les enfants restent-ils chez vous ?

Parfois jusqu'à trois ans. D'abord, ils sont suivis de près par des éducateurs sociaux et des assistants sociaux dans le secteur stationnaire jusqu'à un an. Ensuite, elles déménagent dans l'un de nos appartements extérieurs à proximité, où nous continuons à les accompagner. Les mères ne quittent le foyer que lorsqu'elles sont psychologiquement stables, que leur lien avec l'enfant est renforcé et qu'elles ont trouvé leur propre logement.

Quelles sont les chances des femmes de se débrouiller à nouveau de manière autonome dans la société ?

Notre objectif est d'intégrer les femmes dans la vie active, mais la plupart d'entre elles n'apportent que peu de ressources pour cela. Les diplômes scolaires sont insuffisants. Les diplômes scolaires peuvent être rattrapés pendant le séjour chez nous. Nous proposons au Diakoniewerk Bethanien des stages dans les crèches, les soins et l'hôtellerie. Il serait souhaitable d'avoir des places d'apprentissage qui permettent de travailler à temps partiel. Malheureusement, le monde du travail exige toujours des apprentis qu'ils travaillent à 100% - une exigence que nos femmes ne peuvent généralement pas satisfaire.

Que se passe-t-il pour les femmes qui ne peuvent pas trouver de travail ou de place d'apprentissage ?

C'est une préoccupation, mais pas l'objectif principal du séjour au Bouleau-Huus, d'intégrer les femmes dans un travail. Pour nous et nos référents, l'objectif principal est atteint lorsque les femmes sont en mesure de maîtriser un quotidien adapté à leur enfant. Souvent, les femmes ne parviennent à s'insérer dans le monde du travail que quelques années après avoir quitté le Bouleau-Huus ou lorsque leurs enfants sont en âge d'être scolarisés.

Chaque mère en situation d'urgence désespérée trouve-t-elle une place dans une maison mère-enfant ?

En Suisse, il existe environ 25 institutions parents-enfants, toutes gérées par des organismes privés. C'est trop peu. Dans de nombreuses régions de Suisse, par exemple en Suisse romande et en Suisse italienne, il n'y a pas du tout d'institutions mères-enfants. Les familles bénéficient alors d'un accompagnement socio-pédagogique ambulatoire. Souvent, les enfants concernés sont placés en institution. Une séparation entre la mère et l'enfant laisse toujours des traces. Cela ne devrait pas toujours être le cas.

Bouleau-Huus Bethanien

Bouleau-HuusLe Bouleau-Huus Bethanien est une offre stationnaire pour les mères et leurs enfants dans des situations psychosociales difficiles. L'objectif commun est de stabiliser les conditions de vie et de retrouver ou de mettre en place un mode de vie aussi autonome que possible et adapté aux enfants.
Photo: Bouleau-Huus Bethanien

Liens complémentaires sur le thème de la maison de la mère et de l'enfant