Facebook Pixel
La vie

Après la séparation: qui s'occupe des enfants et où ?

Les parents qui souhaitent se séparer sont confrontés à la question de savoir comment ils vont s'occuper des enfants après la rupture de la relation: qui, quand et où? Nous présentons trois modèles de logement.

Les adieux sont difficiles: après la séparation, les conditions de logement changent

Les adieux sont difficiles: lorsque les parents se séparent, de nombreux enfants voient moins leur père. Image: Getty Images, gradyreese

Une séparation provoque souvent un grand désarroi chez les enfants. Non seulement parce que le père et la mère ne forment plus un couple, mais aussi souvent parce que l'un des parents déménage. Cela signifie que la famille est déchirée et que les enfants vivent généralement désormais dans deux appartements.

Selon la manière dont les parents s'organisent, ce dernier cas de figure n'est pas forcément le plus fréquent: il existe ainsi des formes de logement dans lesquelles les parents font la navette entre deux ménages et les enfants vivent de manière fixe au même endroit.

Meilleur développement en cas de contact régulier

Différentes études montrent que les enfants qui ont des contacts réguliers et fréquents avec leurs deux parents sont ceux qui subissent le moins de dommages psychologiques. Selon Martin Widrig, juriste à l'université de Fribourg, qui a mené des recherches sur le thème de la garde alternée avec Hildegund Sündenhauf, professeur de droit de la famille, les enfants en garde alternée se développent souvent plus sainement sur le plan psychique que les enfants dont un seul des parents a la garde.

Dans le modèle d'alternance, les parents s'occupent des enfants à parts à peu près égales dans leurs logements désormais séparés - précisément en garde alternée. Il est toutefois beaucoup moins répandu en Suisse que le modèle de résidence. Dans ce cas, les enfants n'ont qu'un seul foyer chez l'un des parents et rendent régulièrement visite à l'autre.

Prendre en compte tous les besoins

En Suisse, le foyer des enfants après une séparation est généralement celui de la mère. Cela est dû à la répartition traditionnelle des rôles, très répandue, selon laquelle le père travaille à plein temps et la mère à temps partiel. La Suède, la Norvège ou la France sont plus avancées: la garde alternée y est plus répandue, jusqu'à 30 pour cent ou plus. Selon Widrig, les parents profitent également beaucoup de la résidence alternée. Les pères seraient plus satisfaits, tout comme la majorité des mères. En effet, ces dernières auraient plus de temps pour leurs activités professionnelles ou autres et seraient moins surchargées. La nouvelle loi sur l'entretien des enfants, en vigueur en Suisse depuis début 2017, prévoit d'examiner la garde alternée si l'un des parents ou l'enfant le demande. Toutefois, il n'existe pas de droit légal en la matière.

Mais le modèle de résidence ou d'alternance ne sont pas les seules formes de logement possibles après la séparation, certains parents optent également pour le modèle dit du "nid". Lorsqu'on opte pour l'un ou l'autre modèle, il est important de l'adapter aux besoins de toutes les personnes concernées, qui peuvent varier en fonction de la phase de vie et de l'état d'esprit. Certains enfants sont à l'aise pour faire des allers-retours entre le domicile de leurs parents, d'autres sont trop agités et souhaitent avoir un lieu de vie fixe.

Le modèle du nid: les enfants restent, les parents font la navette

Si les enfants pouvaient choisir, le modèle du nid serait probablement plus répandu: Les enfants restent à la maison, où les parents s'occupent d'eux à tour de rôle. Le parent qui a "congé" vit dans son propre appartement. Pour les enfants, ce modèle est celui qui change le moins après la séparation. Pour les parents, cela signifie qu'ils doivent tous deux chercher un appartement ou une chambre en colocation en dehors du "nid". Selon l'espace dont ils ont besoin, cela peut grever fortement leur budget mensuel. Mais ce n'est pas forcément plus cher que les autres modèles de logement. Un nid et deux chambres ou studios en colocation peuvent être moins chers que deux appartements adaptés à une famille. Et même ceux qui vivent avec un nouveau partenaire s'en sortent, selon les cas, plus avantageusement avec le modèle du nid.

Il faut être conscient d'une chose en cas de séparation: tous les modèles de logement coûtent plus cher, car les parents occupent différents espaces de vie après la séparation. Le modèle du nid exige cependant, contrairement aux autres modèles de logement, des règles claires pour l'appartement des enfants: par exemple pour l'organisation du ménage ou pour la question de savoir si le nouveau/la nouvelle partenaire peut également y entrer et en sortir.

La résidence alternée: autant de temps chez le père que chez la mère

Dans le cas de la résidence alternée, chaque parent dispose d'un logement suffisamment grand et de l'infrastructure nécessaire pour pouvoir s'occuper de l'enfant plusieurs jours par semaine. Les enfants ont deux foyers. Le nouveau foyer doit être choisi de manière à ce que les enfants en âge de scolarité puissent facilement atteindre leur école depuis les deux foyers parentaux.

Cette forme de logement présente également l'avantage pour les enfants de ne pas devoir faire la navette entre deux communes, mais de rester dans leur lieu familier et de pouvoir entretenir leurs contacts sociaux.

Selon les obligations et les possibilités des parents, il est possible de répartir les jours de la semaine pour la garde des enfants, ou bien les enfants vivent une semaine chez l'un des parents et l'autre semaine chez l'autre. Idéalement, les parents sont prêts à intervenir en dehors de leur temps de garde - cela vaut de toute façon pour tous les modèles de logement.

Le modèle de résidence: structure fixe, vie quotidienne avec un seul parent

Le modèle de résidence est le plus répandu parmi les parents séparés ou divorcés, car après la séparation, les enfants passent généralement plus de temps chez le parent qui s'occupait déjà principalement d'eux avant la séparation. Dans notre pays, il s'agit généralement de la mère. L'autre parent prend les enfants chez lui un ou deux jours par semaine ou toutes les deux semaines.

Pour les enfants, cela donne une structure relativement calme et ils vivent au quotidien dans un environnement familier. La grande ombre au tableau est toutefois qu'ils voient beaucoup moins l'un de leurs parents et ne peuvent plus guère partager leur quotidien avec lui. Or, pouvoir voir les deux parents le plus souvent possible est fondamental pour les enfants. "L'absence fréquente des pères chez les enfants de mères célibataires a des conséquences négatives, et est notamment à l'origine de moins bons résultats scolaires, d'un développement social et émotionnel négatif de l'enfant, ainsi que de problèmes de santé mentale à l'âge adulte", écrivent Widrig et Sündhenhauf.

Quel que soit le modèle choisi par les parents: Il est très important que les enfants puissent compter sur des structures et des processus bien réglés. Et des parents qui peuvent communiquer pacifiquement entre eux.