Facebook Pixel
La vie

Pourquoi les compromis sont mauvais pour la relation

Quelques cercles, quelques flèches, quelques couleurs - et voilà que la propre relation se révèle avec ses forces et ses faiblesses. La thérapeute de couple zurichoise Bettina Disler a développé ce nouveau modèle de visualisation et explique dans une interview ce qui nuit aux relations, par exemple trop de compromis.

Thérapie relationnelle avec méthode de visualisation

Une thérapie relationnelle peut faire revenir l'amour. Image: zimmytws, iStock, Getty Images Plus

L'essentiel en bref

  • Bettina Disler visualise les modèles de comportement des couples avec des couleurs et des croquis. Elle simplifie ainsi la mise en évidence de situations relationnelles complexes.
  • Dans une relation, c'est surtout quand on fait beaucoup de compromis que la situation devient critique.
  • Une relation idéale se caractérise par la confiance et l'attirance.
  • Un thérapeute relationnel peut aider à transformer un compromis en consensus.

Madame Disler, quelles sont les situations relationnelles difficiles typiques des couples, en particulier des parents ?

Au départ, les couples sont des amants, des partenaires sexuels et des amis. Lorsqu'ils deviennent parents, ils conservent certes généralement leur amitié, mais ils négligent leur relation amoureuse et sexuelle. Au début, ils ne le remarquent même pas. Mais beaucoup d'entre eux finissent par se rendre compte qu'ils ne sont plus un couple d'amoureux.

Ils ont développé un modèle qui permet de visualiser les systèmes et processus relationnels ...

Oui, des systèmes de relations très différents et même complexes peuvent être illustrés. Cela se fait très facilement sur un tableau blanc avec des feutres de couleur noire, violette, verte, bleue et rose.

Comment cela fonctionne-t-il? Comment votre modèle permet-il d'expliquer les situations relationnelles ?

Les cercles représentent les personnes. Les couleurs illustrent les niveaux de couple auxquels les personnes se rencontrent. Le violet, par exemple, représente le niveau auquel les partenaires se rencontrent d'égal à égal. À ce niveau, ils se montrent tels qu'ils sont, avec le risque que l'autre ne trouve peut-être pas certains aspects si formidables. Ce niveau est plein de tensions, positives et négatives. C'est là que l'on se désire, que l'on s'affronte. Lorsque les partenaires se rencontrent, ils sont comme deux cercles violets qui se dirigent l'un vers l'autre.

Les compromis sont un poison pour la relation s'ils ne sont pas oubliés au bout de cinq minutes.

Après de longues années, les couples sont très intimes ...

C'est exact. Les cercles se rapprochent de manière à former une intersection. Nous la dessinons en vert. Nous voyons donc maintenant deux croissants violets, qui contiennent chacun les côtés encore inconnus du partenaire. L'intersection verte, en revanche, visualise tous les côtés que les partenaires connaissent l'un de l'autre. C'est ici que se déroule le quotidien familier, marqué par des rituels déjà négociés. Par exemple: le dimanche, nous faisons du sport ; nos vacances se déroulent de préférence en Italie ; elle fait la cuisine en semaine et lui le week-end.

Cela ressemble encore à une relation insouciante. Où cela devient-il dangereux ?

Au niveau du couple bleu ! C'est là, par exemple, que l'on fait de grands compromis. La plupart du temps avec de bonnes intentions. On se met en retrait pour faire particulièrement bien. Mais les compromis sont un poison pour la relation, du moins lorsqu'ils ne sont pas oubliés au bout de cinq minutes. Lorsque nous nous déplaçons dans ce que l'on appelle la "flèche bleue", nous nous glissons dans la tête de notre interlocuteur et essayons de trouver ce que nous pouvons faire pour résoudre un problème: Comment dois-je me comporter pour que l'autre soit heureux avec moi? Que dois-je faire pour qu'il ait envie de moi ?

Lorsque les partenaires se posent de telles questions, ils ne sont plus eux-mêmes ...

Oui, alors ils se comportent comme dans la vie professionnelle, où ils pratiquent quotidiennement la "flèche bleue": par exemple, lorsqu'il s'agit de travailler en vue d'un contrat ou de plaire au patron.

Avez-vous un exemple de la manière dont les compromis dans le couple peuvent devenir des pièges ?

Imaginez qu'avant de fonder une famille, un couple s'est mis d'accord pour se partager à la fois le travail et l'éducation des enfants. Lorsque la femme tombe enceinte, l'homme reçoit une bonne offre d'emploi qu'il ne veut pas refuser. Il accepte, contrairement à ce qui avait été convenu précédemment avec sa femme. Il justifie sa décision par le fait que le bon salaire lui permettra de mieux financer sa famille. La femme renonce donc à sa carrière et se concentre sur l'enfant et le ménage. Mais comme le mari a mauvaise conscience, il se plie entièrement à ses désirs à la maison. Pendant un certain temps, cela se passe bien, mais ensuite chacun se met en colère contre lui-même. "Qu'est-ce que je fais ici ?" "Ce n'est pas moi !" Et la colère s'installe aussi contre l'autre. Cela coupe de plus en plus l'attirance mutuelle.

Les reproches sont des munitions de guerre. L'important est de les transformer en messages constructifs.

Comment ce système de relations serait-il visualisé ?

Les partenaires se glissent dans le croissant violet de leur partenaire et devinent quels souhaits celui-ci y cache. Cela est visualisé par une flèche bleue. Lorsque les deux se glissent dans la tête de l'autre, ils se rencontrent de manière croisée. Cela signifie qu'ils ne se sentent pas eux-mêmes, ni leur partenaire. Les couples peuvent alors facilement voir sur le croquis que les compromis caractérisent leur partenariat: ils font quelque chose, par égard pour leur partenaire, pour la paix ou pour qui que ce soit d'autre.

Mais cela pourrait aussi être source de conflits, non ?

Oui, bien sûr, la dispute en est la conséquence. "J'ai tout abandonné pour toi et tu te comportes comme un petit garçon à la maison", lui reproche-t-elle. Il répond: "Je peux faire ce que je veux, je ne lui fais jamais plaisir". Prendre position n'est pourtant pas une mauvaise chose - chacun revient ainsi à lui. On se retrouve à nouveau sur le plan violet. La question est de savoir de quelle manière on prend position. Les reproches sont des munitions de guerre. Il est important de les transformer en matériel précieux, c'est-à-dire en messages constructifs. Le thérapeute peut vous y aider. De quoi ai-je besoin? Qu'est-ce que je souhaite? Au lieu de faire des compromis, l'objectif est de parvenir à un consensus.

Quel est l'avantage particulier de cette méthode de visualisation ?

Elle simplifie les situations complexes. Les clients disent: "Ouah ! Je n'ai jamais vu notre relation aussi clairement !" Ils ont envie de faire quelque chose dans leur relation. "On peut faire quelque chose !" Ils rayonnent. La visualisation a un effet positif sur l'humeur. En outre, le croquis en couleur facilite les échanges sur des situations complexes. Elle permet d'utiliser un langage simple et commun. "J'ai toujours été dans la flèche bleue", dit-elle par exemple, et il acquiesce. Cette méthode de visualisation convient aussi très bien aux hommes. Et les femmes sont heureuses parce qu'IL s'explique enfin.

Les points communs font moins grandir. Les différences recèlent un potentiel.

À quoi ressemble la relation idéale ?

Les croissants violets et la zone de coupe verte sont en équilibre l'un par rapport à l'autre. Dans la zone verte, il y a des rituels qui unissent, c'est là que règnent la familiarité et la proximité, c'est là que l'on fait l'amour. Les croissants sont les zones dans lesquelles les partenaires évoluent toujours indépendamment les uns des autres. C'est là qu'ils génèrent de nouvelles parties d'eux-mêmes, y compris de nouvelles idées, de nouveaux fantasmes, etc. Pour rester intéressants l'un pour l'autre, il est donc important que les partenaires se rencontrent de temps en temps sur le plan violet et se mettent mutuellement à jour. Il s'agit alors de se montrer à l'autre, mais aussi de s'engager avec l'autre, d'essayer de nouvelles choses, par exemple de réaliser des fantasmes érotiques.

Faut-il obligatoirement suivre une thérapie pour appliquer le modèle? Ou les couples peuvent-ils appliquer le modèle eux-mêmes ?

Mon livre s'adresse aux professionnels, mais aussi aux lecteurs intéressés par le thème de la relation. Sur mon site Internet, je présente des tutoriels vidéo qui, sans le son, accompagnent le livre et illustrent le modèle. Lors de la thérapie sur place, je peux bien sûr prendre les couples par la main comme un guide et explorer avec eux la carte de leur relation, c'est-à-dire aussi leur poser des questions qui les amènent sur un nouveau chemin possible.

Quels conseils concrets pouvez-vous donner aux couples sur la base de votre nouveau modèle ?

Premièrement, il est important de toujours garder à l'esprit que l'on est dans la relation par choix. Beaucoup se sentent comme prisonniers de leur relation. Pourquoi est-ce ainsi ?

Deuxièmement, l'envie de se développer dans la différence enrichit. Les points communs font moins grandir. Il y a du potentiel dans les différences. Qu'est-ce que l'autre opinion me fait? Est-ce qu'elle me met en colère? Qu'est-ce que cela révèle de moi ?

Troisièmement: négocier correctement au lieu de se disputer. Plus je communique mes besoins à l'autre avec plaisir, plus il est probable que je parvienne à un consensus.

Modèle de visualisation

Le modèle de visualisation semble déroutant, mais il apporte de la clarté. Image: zVg.

Sur la personne :

Bettina Disler

La conseillère en couple et en sexualité Bettina Disler a développé le modèle de plan dynamique. Il sert à représenter les dynamiques relationnelles et aide les couples à trouver des solutions constructives et à faire bouger leur situation bloquée. Le modèle est basé sur le concept de différenciation du soi élargi par David Schnarch et sur celui de la thérapie sexuelle systémique d'Ulrich Clement. Bettina Disler dirige un cabinet à Zurich.