Facebook Pixel
La vie

Se disputer correctement, ça s'apprend

Dans les familles, l'harmonie est rarement au rendez-vous et les disputes font partie du quotidien. Stéphanie Schneider, auteur du livre "Der kleine Streitberater" (Le petit conseiller en conflits), explique comment résoudre les petits et les grands conflits et calmer les querelles.

Se disputer correctement, ça s'apprend

Vos enfants se disputent souvent et bruyamment? Ne vous inquiétez pas, car se disputer peut aussi être utile. Photo: iStockphoto, Thinkstock

Dans votre livre "Der kleine Streitberater", vous expliquez comment résoudre les conflits familiaux avec le cœur et la raison. Quelle est votre expérience personnelle en matière de disputes ?

Stéphanie Schneider: Depuis des années, mon mari, mes filles et moi nous disputons avec une belle régularité. Et les premières crises d'adolescence de mes filles ne laissent pas présager que les choses vont se calmer chez nous dans les années à venir.

Existe-t-il des familles où l'on ne se dispute pas ?

Il paraît que quelque part à Munich vit une famille dans laquelle aucun mot méchant n'a jamais été prononcé (rires). Non, sérieusement: dans toutes les familles, il y a des conflits. Se disputer est donc tout à fait normal. Celui qui ne se dispute pas reste immobile. Se disputer est important et juste pour évoluer en tant que famille.

Se disputer est important ?

Exactement. Finalement, l'émeute est un bon signe ! Elle est le contraire de la résignation, de la faiblesse et de l'indifférence. Celui qui s'énerve parce que son partenaire a oublié son anniversaire de mariage et qui fond en larmes en se plaignant bruyamment, n'est pas en crise. La crise commence là où l'on ne se dispute plus. Il n'y a rien de pire que les familles dans lesquelles règne un silence glacial et où chaque conflit est balayé sous le tapis, n'est-ce pas ?

Mais se disputer n'est pas très amusant.

Heureusement, il existe quelques conseils et astuces qui contribuent à trouver une bonne solution, même dans le feu de l'action.

Souvent, ce sont les autres qui commencent la dispute. Par exemple la petite fille, parce qu'elle ne veut pas aller se coucher. Ou la partenaire parce qu'elle ne veut pas rester seule à la maison le soir avec les enfants. Ou l'homme qui ne veut pas passer ses vacances à la montagne, mais au bord de la mer. Comment réagir habilement pour que la dispute ne s'envenime pas ?

Il est utile de se demander pourquoi quelqu'un cherche la bagarre. Les personnes qui se disputent sont celles qui se sentent traitées injustement, qui sont déçues ou insatisfaites, qui ont peur de ne plus être aimées. La plupart du temps, une personne qui cherche la bagarre veut que les autres soient gentils avec elle et lui témoignent de l'estime.

Existe-t-il des phrases clés qui coupent le vent dans les voiles de l'interlocuteur ?

Oui. Une phrase magique est: "Dis, qu'est-ce que je peux faire pour que tu ailles mieux ?" Cette phrase fait des miracles dans de nombreuses situations. Mais parfois, un conflit est si complexe qu'il ne peut pas être résolu aussi rapidement. Une autre formule en quatre mots seulement peut alors aider: "Laisse-moi y réfléchir". On appuie ainsi sur la touche pause. Il s'agit alors de faire du yoga ou son lit, de boire un café ou de réparer sa voiture, afin de pouvoir reprendre le sujet plus tard, en toute décontraction.

Que faut-il absolument éviter lors d'une dispute ?

Si plus de blessures sont provoquées que de démarches de résolution. Attention au manque de respect ! Chacun a une limite personnelle à partir de laquelle il dit: "Ceci va trop loin pour moi !" L'idée directrice suivante peut être utile: est-ce que je me dispute pour obtenir une solution ou est-ce qu'il s'agit ici uniquement d'avoir raison ?

Quand est-ce que ça ne vaut pas la peine de se disputer ?

Souvent, la dispute s'enflamme pour une broutille - par exemple lorsque l'un des partenaires met un gros morceau de fromage dans le caddie au supermarché, alors qu'il y a quatre paquets de fromage entamés à la maison. On lui prête alors souvent une intention malveillante. "Jamais il ne pense", pourrait-on dire dans ce cas. Au lieu de s'énerver, il vaut mieux dire tout simplement: "Nous n'avons pas besoin de fromage !" Les nerfs précieux peuvent être économisés pour des sujets plus importants. Car on ne devrait pas du tout se disputer pour ce genre de "fromage". Les aliments pourris pèsent moins lourd qu'une relation qui s'étiole !

Dans leur livre, ils plaident pour la célébration de la réconciliation.

La réconciliation est une belle récompense pour un dur travail relationnel et peut prendre autant de temps que la dispute qui l'a précédée. Si, sur le chemin du retour, mon mari et moi nous disputons pendant vingt minutes sur ses compétences de conduite, c'est exactement le temps qu'il nous faut pour une "réconciliation to go" mousseuse à la station-service. Les enfants en particulier adorent les rituels de réconciliation, comme par exemple un pique-nique de réconciliation sur le tapis du salon. Plus l'action est folle, plus le subconscient comprend vite: "Dieu merci, l'orage est passé. Maintenant, tout est à nouveau léger et bon".

A propos de la personne

Stéphanie SchneiderStéphanie Schneider (41 ans) vit à Hanovre avec son mari aux nerfs d'acier, ses deux filles qui aiment discuter et ses trois gerbilles. Depuis 2004, l'auteur du best-seller "Warum Mama eine rosa Handtasche brauchen" (Pourquoi maman a besoin d'un sac à main rose) publie régulièrement des conseils et des premières aides de bien-être pour les mères et les familles. Sa devise: "N'écris que sur des sujets que tu connais bien".

Conseil de lecture : Le petit conseiller en conflits: résoudre les conflits familiaux avec cœur et esprit: www.randomhouse.de