Facebook Pixel
La vie

"Beaucoup se démènent": Sibylle Stillhart sur la carrière et les enfants

De plus en plus de femmes se démènent jusqu'à l'épuisement entre le travail, les enfants et le ménage. L'auteure bernoise Sibylle Stillhart pense que cela doit changer. Elle a écrit le livre "Müde Mütter - fitte Väter", nous nous sommes entretenus avec elle.

De nombreuses mères rencontrent des problèmes lorsqu'il s'agit d'enfants et de carrière.

De nombreuses mères qui travaillent sont totalement épuisées, déplore l'auteur Sibylle Stillhart. Photo: image_jungle, iStock, getty Images Plus

Si vous deviez indiquer sur une échelle de un à dix à quel point vous êtes fatigué aujourd'hui, où feriez-vous une croix ?

Sibylle Stillhart : A sept ans, donc pas trop fatiguée. Mes enfants ont quatre et six ans. Plus ils grandissent, plus la fatigue diminue. J'étais totalement épuisée lorsque mes deux enfants avaient moins de quatre ans.

Vous souvenez-vous de la journée la plus stressante lorsque vos enfants étaient si petits ?

C'était beaucoup de jours et de nuits. La période la plus difficile était celle où je devais amener les enfants à la crèche pour ensuite me précipiter au bureau. C'était toujours stressant. Je devais travailler toute la journée sans faire de pause à midi, pointer et retourner à la crèche en courant, préparer le dîner et les enfants pour le lit, nettoyer la cuisine. À neuf heures et demie du soir, j'avais terminé et je me suis traînée jusqu'au lit. Deux heures plus tard, un enfant pleurait. J'étais tellement déchirée entre les exigences du travail et les enfants qui avaient besoin de moi 24 heures sur 24. Malheureusement, mon mari travaillait dans une autre ville, il ne rentrait que tard le soir.

Pourquoi est-ce mieux aujourd'hui ?

Parce que je suis maintenant indépendante et que je n'ai plus de comptes à rendre à personne. Mais l'âge des enfants est aussi un avantage. Concilier famille et travail est impossible pour la plupart des femmes. Les femmes assument souvent seules les tâches ménagères et la garde des enfants. Ces tâches ne sont toutefois pas considérées comme un travail, mais comme un hobby. Parallèlement, elles exercent une activité professionnelle - généralement à temps partiel - afin de correspondre à l'image de la mère moderne.

A propos de la personne: Sibylle Stillhart

Photo portrait de Sibylle Stillhart

Journaliste de formation, Sibylle Stillhart travaille en tant que collaboratrice indépendante pour différents journaux et magazines suisses. Auparavant, elle a travaillé comme attachée de presse pour l'administration fédérale. Elle vit à Berne avec son mari et ses deux fils.
sibylle-stillhart.ch
Photo: privée

Vous avez peut-être épousé le mauvais homme parce que vous n'avez pas réussi à le convaincre de s'impliquer autant dans le ménage et la garde des enfants.

Le fait est que neuf hommes sur dix travaillent à temps plein. Selon des études, la plupart des hommes travaillent encore plus dès l'arrivée du premier enfant. Lorsque le deuxième enfant vient au monde, les rôles traditionnels se durcissent.

Votre mari pourrait tout de même vous aider dans les tâches ménagères, au moins le week-end: faire les courses, la lessive, passer l'aspirateur.

Ne vous inquiétez pas - il le fait ! Mais les hommes aussi sont sous pression. Ils aident probablement plus que leurs propres pères le week-end, s'occupent davantage de leurs enfants. Le dilemme de l'homme moderne est qu'il veut s'occuper davantage de ses enfants et qu'il doit tout autant répondre aux exigences du monde du travail. Lui aussi est épuisé. Pour soulager les deux sexes, l'économie doit changer. Les hommes doivent également pouvoir travailler à temps partiel.

C'est ce qu'ils veulent ?

D'après les sondages, ils le souhaitent en tout cas.

Mais les hommes veulent aussi faire carrière.

Oui, ils sont tout aussi déchirés. Je connais un homme qui a réduit son temps de travail pour son premier enfant, qui a quitté son emploi pour le deuxième, mais qui a ensuite suivi une formation continue. Aujourd'hui, le troisième enfant est né et il travaille à 100 % à un poste de direction pendant qu'elle s'occupe des enfants. Il avait le sentiment de devoir faire carrière tout en étant présent pour ses enfants. Dans mon entourage, la plupart des pères travaillent à 100 % et les femmes à temps partiel.

C'est peut-être à cause des femmes qui veulent rester à la maison avec les enfants et qui ne libèrent pas la place.

Je ne le pense pas. Si une femme a beaucoup investi dans sa formation, elle veut travailler. Le problème, ce sont les structures. L'économie est axée sur les hommes qui travaillent à plein temps. Ceux qui font carrière sont ceux qui arrivent tôt le matin et partent tard le soir, quel que soit leur output. Une mère doit courir à la crèche après le travail, elle n'a aucune chance de rester jusqu'à tard le soir. Pour les hommes, il est mal vu de dire: "Je dois aller chercher l'enfant à la crèche".

Les femmes ne font-elles pas suffisamment comprendre aux hommes qu'elles veulent aussi faire carrière?

L'argument massue est souvent le salaire. Les hommes gagnent toujours plus, il n'y a plus besoin de discuter.

Pour votre livre, vous avez parlé avec le directeur de l'Union patronale suisse, Roland A. Müller. Il a dit que le taux de discrimination n'était pas aussi élevé que ce qui est colporté partout aujourd'hui. Seuls 9% sont des discriminations salariales.

Il met même ce chiffre en doute. Mais c'est un fait que les femmes gagnent moins.

Dans le livre, vous présentez un modèle de travail comme le cas idéal pour les familles: Les deux sexes ne travaillent qu'à 50 %. Est-ce réaliste ?

En Suisse, cela devrait être possible dans les familles de la classe moyenne. Mais malheureusement, cela ne s'est jamais imposé, car beaucoup craignent sans doute de ne pas obtenir les emplois intéressants. Je suis d'avis que dans une société égalitaire, concilier travail et famille ne peut pas signifier que des parents travaillant tous deux à cent pour cent peuvent être la règle. Les femmes et les hommes devraient opter pour le modèle familial qui leur convient le mieux. Le choix de celui qui travaillera moins, peut-être pas du tout ou à plein temps, ou si les deux souhaitent exercer une activité professionnelle à temps partiel - c'est une affaire privée.

Qu'est-ce qui vous fascine dans ce modèle ?

Je pense que le travail ne devrait pas avoir autant d'importance quand on a des enfants en bas âge. Un volume de travail démentiel et des enfants en bas âge, ça ne va pas ensemble.

Mais dans ce cas, les deux devraient renoncer à leur carrière pendant la période où ils ont des enfants en bas âge.

Les structures devraient être plus favorables aux familles: Les journées de travail ne devraient plus être aussi longues, le travail à domicile devrait être possible, les places de crèche ne devraient pas être aussi chères et devraient être de meilleure qualité et il faudrait des écoles de jour. Il faut également discuter du compte de vacances des employés: Que font les parents qui travaillent et qui disposent de quatre ou cinq semaines de vacances avec leurs enfants en âge scolaire qui ont 13 semaines de vacances ?

Avez-vous le sentiment que ce modèle est souhaité par les parents ?

Je pense que oui. Beaucoup de gens se battent et se plaignent d'être épuisés.

Le directeur de l'Union patronale se demande qui va payer. Quels arguments utiliseriez-vous pour convaincre l'économie ?

Les femmes sont de bonnes travailleuses, elles sont très efficaces et ont le sens du devoir. Si les femmes pouvaient effectivement mieux concilier famille et travail, cela aurait un effet positif sur le produit intérieur brut. Tant que l'économie prétend déjà faire beaucoup pour la conciliation, mais que les femmes et les hommes s'épuisent malgré tout, elle est mise au défi. Avec l'initiative contre l'immigration de masse, la pression sur les femmes augmente. C'est pourquoi je pense qu'il est important que les femmes disent: nous venons travailler, mais seulement à certaines conditions.

Quel est votre souhait pour l'avenir du monde du travail ?

Il devrait y avoir des structures plus favorables aux familles, afin que chaque famille puisse faire les choses comme elle l'entend. Les hommes devraient pouvoir travailler à temps partiel, les hommes et les femmes devraient gagner le même salaire et s'occuper de l'enfant et du ménage de manière égale. Il faut des places de crèche de bonne qualité et des écoles à horaire continu.

Couverture du livre Müde Mütter - fitte Väter de Sibylle Stillhart

Livre conseillé: "Müde Mütter - fitte Väter" de Sibylle Stillhart

Dans "Müde Mütter - fitte Väter. Warum Frauen immer mehr arbeiten und doch es nirgendwohin", la journaliste Sibylle Stillhart écrit sur la folie de concilier enfants et carrière. Elle décrit de manière impressionnante sa propre expérience en tant que mère et employée d'une autorité fédérale suisse. Des interviews avec des experts comme le pédiatre Remo Largo ou la chercheuse en droit de la famille Mariam Tazi-Preve complètent ses impressions personnelles. Le livre est paru en 2015 aux éditions Limmat.