Facebook Pixel
La vie

Tétraplégie: vivre avec la paraplégie

Jürg Keller est paraplégique, il souffre de trétraplégie. Sa femme et ses enfants lui donnent du courage. Son histoire montre à quel point le soutien de la famille et des amis est important, en particulier après un grave accident qui a entraîné un handicap.

Après l'acquisition d'un handicap, le soutien de la famille est particulièrement important.

Après l'acquisition d'un handicap, le soutien de la famille est particulièrement important. Photo: iStock, Thinkstock

Sevelen (SG) se trouve sur le versant est de la chaîne de l'Alvier et jouxte le Rhin. C'est là que vivent Jürg et Ruth Keller avec leurs enfants Claudia et Cyrill et leur chien Linus, dans une jolie maison individuelle.

Une jeune famille heureuse: mais l'idylle a été violemment ébranlée, mise à l'épreuve, et le bonheur a dû être redéfini au fil des jours, des semaines et des mois. Depuis que Jürg Keller est devenu tétraplégique en été 2001, presque rien n'est plus comme avant.

Un accident aux conséquences importantes

Environ trois ans après l'accident, le rythme et le quotidien sont revenus. Si Jürg Keller a choisi de vivre, c'est grâce à sa femme Ruth, car au début, il ne pouvait pas s'imaginer continuer à vivre de manière aussi dépendante. Elle et leurs deux enfants lui ont apporté le soutien qui l'a motivé à se battre.

Et puis c'est arrivé. Avec une violence que l'on ne peut pas imaginer. Avec une intensité qui ne supporte pas les mots, parce qu'il n'y en a pas. Mais il fallait malgré tout vivre cela et aller de l'avant. Des défis avec des tâches peu banales pour toute la famille et un engagement à peine surmontable pour Ruth Keller, qui s'occupe de son mari et le soigne 24 heures sur 24, font aujourd'hui partie de la vie.

MyHandicap

Maxime: air frais et montagnes

Jürg a toujours été un homme de la nature. Enfant, il passait ses vacances sur le Sevelerberg avec ses parents et ses trois sœurs. Plus tard, il a escaladé toutes les collines des environs, connaissant chaque pierre. À l'âge de 13 ans, il a commencé à jouer au handball. Ce sport d'équipe est devenu une passion.

Sur le plan professionnel, il voulait également prendre l'air. Il a donc fait un apprentissage de peintre à Sevelen, puis a déménagé à Zurich parce qu'il y jouait au handball. Mais après seulement huit mois, il est retourné dans la vallée du Rhin par nostalgie des montagnes. Pendant l'école de recrues, il a rencontré Ruth Stuber de Rotkreuz. "Elle rendait visite à une collègue au Liechtenstein, et c'est ainsi que nous nous sommes rencontrés, avons commencé à nous écrire des lettres, à nous téléphoner, et une relation est née, qui a duré".

Une famille jeune et heureuse

Le 29 juillet de la même année, il a épousé Ruth Stuber à Hünenberg. Rester fidèles l'un à l'autre dans les bons et les mauvais moments, s'aimer et se respecter tout au long des années que Dieu accordera et confirmer cela par un oui. En 1990, le 25 juin, leur fille Claudia est née, et le 25 août 1992, leur fils Cyrill. Jürg a travaillé dur pour obtenir sa maîtrise. C'était strict: les affaires, l'école et la famille.

Revenir à la vie après un grave accident suivi d'un handicap n'est pas toujours facile.

La famille peut aider à retrouver le chemin de la vie après un accident.

La section masculine de Sevelen a organisé une randonnée à vélo dans le Jura le 25 août 2001. Jürg Keller s'était inscrit et aurait quand même préféré rester couché ce matin-là.

Il est l'avant-dernier à partir. Le chemin forestier est caillouteux. Dans un virage à droite, le collègue devant lui glisse et lui - qui est arrivé relativement près - doit faire une embardée. Il regarde à gauche, voit le lit d'un ruisseau, a l'impression qu'il pourrait y rouler car il semble y avoir du gazon.

"Il y a eu un bruit et je ne pouvais plus bouger. C'est alors qu'est arrivé Erwin Widmer, celui qui avait glissé devant moi. Je lui ai dit: "C'est arrivé. Il m'a répondu que non, que ce n'était pas possible. Puis Felix Hauser, le collègue qui était derrière moi, est arrivé. Je vois encore très bien l'expression de son visage lorsqu'il a dit qu'il fallait faire venir une ambulance immédiatement. J'ai eu l'impression qu'il fallait une éternité pour qu'elle arrive sur place, car j'avais tellement mal que j'ai cru qu'on m'avait planté un couteau dans la gorge. Comme je ne pouvais plus bouger, j'ai tout de suite su que j'étais paralysée". "Aucune chance que son mari puisse un jour refaire quelque chose avec ses extrémités. Il est tétraplégique", aurait dit le médecin responsable.

Deux jours plus tard, transfert à Nottwil au Centre suisse des paraplégiques. Il reste quatre semaines aux soins intensifs. Il est placé sous respiration artificielle. L'homme de 37 ans est physiquement et psychiquement à bout. La seule chose qu'il perçoit: sa femme, qui est toujours là.

Amélioration par petites étapes

Le processus de guérison interne et externe a été lent. Le programme thérapeutique à Nottwil était plus que rempli. Des rendez-vous du matin au soir. De plus, une formation intensive en informatique devait lui permettre de prendre un nouveau départ dans la vie professionnelle. Grâce à l'aide professionnelle de Ruth, Jürg a pu rentrer chez lui dès le mois de novembre pour les week-ends. Des collègues du club Kiwanis de Werdenberg, de la gymnastique masculine de Sevelen et du club de handball sont venus le chercher à chaque fois. Pour cela, ils établissaient un horaire. Si l'un d'eux avait un empêchement, un autre venait. Ces collègues viennent encore aujourd'hui et soutiennent la famille. Les collègues de Kiwanis, par exemple, viennent chercher Jürg un vendredi sur deux pour le déjeuner.

Une nouvelle vie presque normale

Après 10 mois, Jürg a quitté le Centre suisse des paraplégiques. Les adaptations dans la maison de Sevelen étaient réalisées, la famille préparée à cette lourde tâche. Ruth maîtrise les transferts du fauteuil roulant au lit et vice versa, tout comme ceux de la voiture au fauteuil roulant et vice versa. Elle a également appris à s'occuper des intestins et de la vessie ainsi que des soins quotidiens. Mais aujourd'hui, elle se fait aider trois fois par semaine par les services d'aide et de soins à domicile.

La famille Keller a retrouvé une nouvelle vie, différente. Jürg ne va plus sur les chantiers, mais organise son entreprise avec son partenaire commercial actuel, Rolf Hobi, qui s'occupe de tout le suivi des chantiers, depuis chez lui, où le bureau commercial a toujours été.

Texte: Trudi von Fellenberg-Bitzi, Paraplégie, n° 112, Paramedia

Source: Fondation MyHandicap www.myhandicap.ch

Plus d'articles sur ce sujet :
"Père et handicap: une constellation difficile ?"
"Maternité & Handicap: joliment difficile"