Facebook Pixel
Santé

Comment les parents transmettent les traumatismes à leurs enfants

Les attaques de panique, la dépression ou l'agressivité ne trouvent pas forcément leur origine dans la vie des personnes concernées. Les traumatismes peuvent également être héréditaires. La scientifique suisse Isabelle Mansuy a analysé dans plusieurs études comment cela se produit et quelles familles pourraient être concernées.

Les traumatismes non traités peuvent être transmis aux générations suivantes. Les chercheurs sont de plus en plus précis sur ce mystère.

Les expériences traumatiques non traitées peuvent aussi s'inscrire dans les gènes. Image: E+

On sait depuis longtempsqueles traumatismes peuvent s'inscrire dans le patrimoine génétique. Ce qui est nouveau, en revanche, c'est la découverte qu'un traumatisme peut également être transmis aux générations suivantes. C'est ce qu'ont révélé plusieurs études menées par la neurobiologiste suisse Isabelle Mansuy.

Troubles du comportement sur plusieurs générations

Des souris de l'Institut de recherche sur le cerveau de l'Université de Zurich ont subi un sort difficile. L'équipe de chercheurs dirigée par la neurobiologiste Isabelle Mansuy a séparé des bébés souris de leur mère à différents moments, les a placés dans des tuyaux étroits et les a fait nager dans de l'eau froide. Les souris devaient volontairement vivre des situations traumatisantes afin que Mansuy puisse étudier si les animaux transmettraient à leur descendance les symptômes qu'ils avaient développés suite à ce traitement.

En effet, elle a observé des troubles du comportement sur plusieurs générations - jusqu'à la quatrième génération, comme on peut le lire dans la revue spécialisée Nature Neuroscience. En outre, les chercheurs ont pu découvrir des modifications caractéristiques dans les gènes. Un autre test a montré que même les souris conçues à l'aide de spermatozoïdes de pères traumatisés semblaient blasées, peu curieuses et presque déprimées - bien qu'elles n'aient elles-mêmes subi aucun traumatisme et n'aient eu aucun contact avec le père traumatisé.

Le code génétique reste cependant inchangé

Les épigénéticiens, qui étudient l'action des gènes, partent du principe qu'un événement décisif se fixe dans le micro-ARN. Ces interrupteurs biologiques modifiables peuvent augmenter ou diminuer l'activité des gènes et les activer ou les désactiver. Cela façonne à son tour le monde des pensées et des sentiments de l'individu. Le code génétique n'est toutefois pas modifié. Cela signifie que ce n'est pas le traumatisme lui-même qui est hérité, mais la tendance à souffrir de certains troubles psychiques qui est transmise à la descendance.

Les résultats sont-ils transposables aux humains?

Les traumatismes peuvent se transmettre de génération en génération, mais pas nécessairement.

La recherche se rapproche de plus en plus de l'énigme des traumatismes transmis. Image: Unsplash

L'épigénétique est une branche scientifique relativement jeune. De nombreux liens sont encore inexplorés. En menant des études sur des personnes concernées, Isabelle Mansuy tente d'éclairer encore davantage la situation. Elle étudie des enfants et des adultes ayant vécu des expériences traumatisantes et les compare à des groupes de contrôle qui ont grandi sans être exposés. Elle souhaite savoir si les résultats de ses études peuvent être appliqués aux humains.

Des exemples le suggèrent. "Ainsi, les enfants de personnes ayant vécu les atrocités des Khmers rouges souffrent aujourd'hui davantage de dépression. En Australie, le taux de suicide est plus élevé chez les enfants de vétérans du Vietnam", a rapporté le Deutsches Ärzteblatt. "Les médecins observent également que certaines maladies comme les troubles bipolaires apparaissent souvent dans les familles sur plusieurs générations, sans qu'un gène responsable n'ait encore été trouvé".

Si la science parvient à prouver que les traumatismes humains ne laissent pas seulement des traces dans le patrimoine génétique, mais qu'ils sont également transmis, la question se posera de savoir si les maladies psychiques peuvent être traitées plus efficacement que jusqu'à présent. Il est possible que de nouvelles voies pharmacologiques et psychothérapeutiques puissent être explorées.

Le patrimoine génétique peut se rétablir

Les parents qui ont été eux-mêmes traumatisés doivent-ils désormais s'inquiéter du fait que leurs enfants souffriront également de maladies psychiques et d'angoisses existentielles? Pas nécessairement. Dans le cadre d'une autre étude, les scientifiques réunis autour de la biologiste Mansuy ont également obtenu un résultat porteur d'espoir. Les dommages psychiques causés par un traumatisme peuvent disparaître.

Ainsi, les souris traumatisées qui ont vécu après leur enfance avec un stress particulièrement faible ont perdu leurs symptômes de stress - et ne les ont donc pas transmis à leur descendance. "Longtemps après les expériences traumatisantes, l'élevage dans un environnement diversifié a pour effet d'inverser les symptômes comportementaux chez les animaux adultes et de ne plus les transmettre à la progéniture", résume Isabelle Mansuy à propos de ces nouvelles découvertes.