Facebook Pixel
Santé

La terreur nocturne n'est pas un mauvais rêve ! Ce qui aide

Si l'enfant se réveille soudainement en hurlant, ne réagit pas et se déchaîne, il s'agit probablement d'une "terreur nocturne", un trouble du sommeil également appelé "Pavor Nocturnus". Nous avons demandé au pédiatre Dr Fengeler ce qui peut aider dans de tels cas.

Terreurs nocturnes: un trouble du sommeil qui touche particulièrement les jeunes enfants.

Qu'est-ce qu'il y a? La terreur nocturne ressemble à une crise de colère soudaine. Photo: iStock

Il y a un instant, l'enfant dormait paisiblement. Maintenant, il est accroupi dans le lit, il hurle de panique, il est complètement en sueur, son cœur s'emballe et il ne se laisse calmer par rien ni personne. Les terreurs nocturnes ("Pavor Nocturnus") sont une source de grande inquiétude pour les parents, surtout lorsqu'elles surviennent pour la première fois. Naturellement, ils veulent aider et réconforter leur enfant. Mais il apparaît rapidement que l'enfant ne se laisse pas prendre dans les bras comme d'habitude, au contraire: malgré des yeux ouverts, il ne semble pas reconnaître les parents. Il se déchaîne encore plus et les parents se sentent impuissants. Qu'est-ce qui ne va pas avec l'enfant ?

La terreur nocturne n'est pas un cauchemar

L'idée d'un mauvais rêve se présente rapidement. Contrairement au cauchemar, qui tourmente généralement l'enfant dans la seconde moitié de la nuit, la terreur nocturne survient dans la première moitié du sommeil, souvent avant minuit. Un enfant victime d'une terreur nocturne est presque impossible à calmer, alors qu'un enfant qui fait un cauchemar peut être réveillé en douceur et bercé pour se rendormir. L'enfant se souviendra peut-être de son cauchemar le lendemain matin, mais il ne se souviendra pas de sa terreur nocturne.

Conseil de lecture

Logo de la vie familiale

De combien de sommeil un enfant a-t-il besoin ?

Le Pavor Nocturnus est un trouble du sommeil inoffensif.

Pavor nocturnus (terreurs nocturnes en latin) , comme on appelle les terreurs nocturnes en langage technique, est un trouble du sommeil qui survient principalement chez les tout-petits et les enfants en âge de fréquenter l'école maternelle. Les bébés ne sont pas encore touchés. "Environ trois à six pour cent des enfants connaissent régulièrement des terreurs nocturnes", informe l'Association professionnelle des pédiatres et des médecins pour adolescents d'Allemagne (BVKJ). Le pavor nocturnus se produit lorsqu'un enfant émerge d'une phase de sommeil profond sans rêve mais ne se réveille pas correctement.

Il n'est donc plus endormi, mais il n'est pas non plus éveillé, de sorte qu'il est complètement désorienté. Les parents ne doivent cependant pas s'inquiéter: "Les terreurs nocturnes font partie du comportement normal de sommeil d'un enfant de deux à cinq ans et ne constituent pas un trouble du comportement ou un motif d'inquiétude", explique le Service de consultation maternelle et paternelle du canton de Berne. Pavor nocturnus n'est pas le symptôme d'une maladie mentale.

La cause des terreurs nocturnes est souvent l'épuisement.

Si le système nerveux de l'enfant n'est pas encore complètement développé, des terreurs nocturnes peuvent survenir. Le cerveau a encore du mal à passer du sommeil profond au sommeil de rêve. Pendant les terreurs nocturnes, le corps est déjà éveillé. Il regarde, il bouge, mais sa conscience est toujours endormie.

Dans certaines familles, il existe également une prédisposition génétique au Pavor Nocturnus. L'épuisement peut également être une cause. "Les enfants trop fatigués ou malades sont plus enclins à développer des terreurs nocturnes. Un nouveau médicament ou le fait de dormir dans un environnement inconnu peuvent également provoquer une terreur nocturne", explique le Dr Ulrich Fegeler, pédiatre.

Les terreurs nocturnes surviennent souvent lorsque l'enfant est stressé. Par exemple, lorsqu'ils entrent à la crèche, au jardin d'enfants ou à l'école maternelle et doivent s'habituer à leur nouvel environnement et aux personnes qui s'occupent d'eux. Les enfants sensibles et réfléchis sont également plus enclins aux terreurs nocturnes.

Ce que les parents peuvent faire - et ce qu'il ne faut pas faire

Les parents qui ont déjà vécu une terreur nocturne avec leur enfant savent qu'il est impossible de le calmer immédiatement. Néanmoins, il est bon maintenant de lui répéter calmement, encore et encore, que tout va bien dans son monde, que maman ou papa est là et qu'il est en sécurité. Cependant, n'essayez pas de secouer votre enfant pour le libérer de ses terreurs nocturnes: "Réveiller un enfant dans cette phase est contre-productif car il est alors désorienté et confus et a du mal à se rendormir", explique le Dr Ulrich Fegeler.

Cependant, tant que l'enfant panique, les parents peuvent le protéger des blessures. Par exemple, ils doivent s'assurer que l'enfant ne tombe pas du lit ou ne se cogne pas les mains et la tête en frappant le lit.

Combien de temps dure la réplique?

Et bien que les terreurs nocturnes semblent très effrayantes, les parents ne doivent pas s'inquiéter. Il est utile de savoir que le spook passe généralement au bout de deux à dix minutes. "Le réveil est brutal. L'enfant se calme rapidement, se sent fatigué et se rendort rapidement", explique le Service de consultation maternelle et paternelle du canton de Berne.

À quelle fréquence cela se produit-il?

Les terreurs nocturnes peuvent survenir une fois et ne plus jamais se reproduire ou à des intervalles de plusieurs années ou mois. S'il se produit sur une courte période et se répète jusqu'à l'adolescence, il est judicieux de consulter un pédiatre et de passer une nuit dans un laboratoire du sommeil.

Votre enfant est-il sujet à des terreurs nocturnes? Ce qui aide :

1 Il est important d'assurer un sommeil régulier et suffisant. C'est bien si l'enfant s'est suffisamment épuisé pendant la journée ! "Une activité physique suffisante pendant la journée est importante pour tous les enfants et les fatigue de manière saine", recommande le Département de la santé du canton de Bâle-Ville.

2 Regarder la télévision avant de se coucher réveille plutôt un enfant. Un rituel aide l'enfant à s'endormir en toute sécurité. D'abord se brosser les dents, puis enfiler son pyjama et lire ou raconter une histoire au lit ou faire le point sur la journée - voilà à quoi peut ressembler un tel rituel du coucher.

3 La température de la pièce contribue également à une bonne nuit de sommeil. "La température de la chambre à coucher ne doit pas être trop élevée (environ 18°C)", indique le département de la santé du canton de Bâle-Ville. "Le sommeil doit avoir lieu dans des pièces aussi calmes et non perturbées que possible."