Facebook Pixel
Santé

Médicaments: pour qu'ils glissent plus facilement vers le bas

Serrer les lèvres et détourner la tête - les parents se sentent impuissants lorsque l'enfant ne veut pas prendre les médicaments prescrits par le pédiatre. Des conseils et des astuces aident à soigner correctement l'enfant pour qu'il puisse bientôt à nouveau sauter joyeusement et en bonne santé.

Médicaments: comment rendre les médicaments attrayants pour les enfants

Il existe des moyens de motivation pour que les enfants avalent mieux les médicaments. Photo: Rednatt, iStock, Thinkstock

"Supprimer le légume qui a déclenché cette phrase et en proposer un autre à la place, c'est facile. Mais lorsqu'il s'agit de médicaments, les choses se compliquent. Car certains médicaments doivent être avalés pour que l'enfant aille mieux. Heureusement, la plupart des médicaments ont aujourd'hui bon goût pour les enfants. Mais il n'y a pas que les jus médicamenteux qui peuvent déclencher un flot de larmes, les comprimés, les suppositoires, les gouttes pour les yeux et les oreilles aussi. Avec beaucoup de patience et un peu d'imagination, les parents peuvent malgré tout faire apprécier les médicaments à leur enfant.

Avaler des comprimés, ça s'apprend

Dès l'âge de quatre ans, les enfants sont capables, sur le plan moteur, d'avaler des comprimés. "Mais dans la réalité, ces connaissances n'aident guère l'enfant et la personne qui s'occupe de lui", explique le journal interne de la fondation Ostschweizer Kinderspital. "En effet, l'enfant refuse d'avaler les médicaments parce qu'il ne sait souvent pas exactement pourquoi il doit avaler le comprimé ou parce que le comprimé est trop gros".

Si l'enfant doit vraiment prendre une pilule parce qu'il n'existe pas de jus médicamenteux aussi efficace ni de suppositoires alternatifs, il est judicieux de s'entraîner au préalable à avaler des comprimés avec l'enfant. Astrid Koch, infirmière MScN et experte en soins intensifs à l'hôpital pédiatrique de Suisse orientale, a mis au point un programme de formation correspondant. L'élément central est un entraînement à la déglutition de comprimés avec des Smarties ou des Tic-Tacs. "Certains enfants s'exercent plus facilement avec des morceaux de concombre ou des glaçons, par exemple, car ils glissent mieux", explique la fondation de l'hôpital pédiatrique de Suisse orientale. La créativité n'a pas de limites, tant que le matériel d'exercice est digeste.

Les gros comprimés, coupés en deux, sont plus faciles à avaler. Mais en coupant les comprimés en deux, on court le risque que les substances contenues en forte concentration pénètrent particulièrement vite dans l'organisme et soient donc moins efficaces. Des effets secondaires peuvent apparaître. Si l'on souhaite diviser les comprimés en deux, il convient de se renseigner au préalable auprès de la pharmacie pour savoir si les comprimés sont adaptés à cet usage.

La vaseline facilite le glissement des suppositoires antipyrétiques

Les suppositoires qui glissent mal sont désagréables pour les enfants. "Les suppositoires glissent mieux lorsqu'ils sont chauds comme la main et qu'ils ont été rincés avec un peu d'eau", informe l'association des pédiatres et des médecins de l'adolescence. "Les crèmes ou les huiles à insérer sont généralement moins appropriées, car elles peuvent entraver l'absorption du principe actif, mais la vaseline peut être utilisée".

Suppositoires antipyrétiques - c'est la meilleure façon de procéder :

  • Couchez l'enfant sur le côté. Les jambes doivent être repliées.
  • Insérez le suppositoire.
  • Pressez les fesses l'une contre l'autre pendant un petit moment pour éviter que le suppositoire ne glisse à nouveau.

Adoucir les médicaments avec du jus

L'enfant ne veut pas avaler le jus médicamenteux? La nounou Mary Poppins, du film musical fantastique du même nom, avait un bon conseil à donner: "Si une cuillerée de sucre adoucit un médicament amer, il glisse encore mieux..." Aujourd'hui, les parents ont tendance à adoucir les jus médicamenteux avec du jus de fruit si nécessaire. Il est toutefois important de demander au préalable au pédiatre si le médicament supporte le mélange. "Si le médicament est pris en même temps que du lait ou des produits laitiers ou du jus de pamplemousse, cela peut influencer son traitement par l'organisme", prévient l'Association des pédiatres et des médecins de l'adolescence.

Médicaments: un ourson en gomme pour chaque collyre

Les jeunes enfants souffrent déjà souvent de conjonctivite. Il faut alors utiliser des gouttes. Mais le flacon, qui se trouve si près de l'œil ouvert lors du goutte-à-goutte, provoque la peur chez les enfants.

La méthode suivante rend les gouttes du médicament beaucoup plus agréables :

L'enfant se couche à plat sur le dos - par exemple sur la table à langer ou le canapé. Posez une main sur son front pour que sa tête ne bouge pas. Il ferme ensuite les yeux. Avec l'autre main, faites tomber une goutte du flacon ouvert dans le coin intérieur de l'œil. Lorsque l'enfant ouvre les yeux, la goutte glisse d'elle-même dans l'œil. Ce n'est qu'à ce moment-là que vous retirez la main de son front. Un ourson en gomme ou un raisin sec par goutte peut rendre le soin plus agréable.

Gouttes auriculaires: d'abord le doudou, ensuite l'enfant

Les gouttes auriculaires ne font pas mal. Mais le liquide dans l'oreille peut être désagréable au toucher. Il n'est donc pas étonnant que de nombreux enfants n'aiment pas les gouttes auriculaires.

Laissez d'abord l'enfant soigner le doudou sur la table à langer ou sur le canapé. Votre enfant aimera certainement se mettre dans la peau du vétérinaire qui administre les gouttes pour les oreilles du doudou. Pour cela, gardez un petit flacon ou une pipette rincée dans laquelle vous verserez de l'eau.

Ensuite, c'est au tour de votre enfant. S'il est couché sur le côté, passez les cheveux derrière son oreille. Faites goutter les gouttes auriculaires dans le conduit auditif. L'enfant doit maintenant rester allongé quelques minutes pour que les gouttes glissent bien dans l'oreille et s'y répartissent. Une petite histoire raccourcit le temps d'attente.