Facebook Pixel
Temps libre

Adieu le roi nègre: les livres pour enfants doivent-ils être politiquement corrects ?

Pippi Grandes-chaussettes peut-elle continuer à rêver de devenir une princesse nègre? Et le bébé nègre Jim Knopf doit-il devenir un "bébé à la peau noire"? Un débat passionné s'est engagé sur les expressions moralement condamnables dans les livres pour enfants.

Les expressions répréhensibles dans les livres pour enfants sont-elles acceptables ?

Les expressions politiquement incorrectes doivent-elles être supprimées des classiques de la littérature enfantine? Image: Ablestock.com-Thinkstock

Connaissez-vous cette friandise composée d'une mousse de blanc d'œuf blanche et moelleuse, posée sur une gaufrette ronde et recouverte d'un chocolat très fin? On disait autrefois "baiser nègre", aujourd'hui les enfants et les adultes l'appellent "baiser au chocolat" ou "Dickmann". Le mot "nègre" a heureusement largement disparu de l'usage, car il ne désigne en aucun cas une "personne à la peau noire" sans aucune valeur, mais plutôt avec une connotation péjorative. Mais le mot continue d'exister dans les livres, y compris dans les livres pour enfants.

"Même sans mauvaise intention, les mots peuvent faire du mal"

Le mot "nègre" - ainsi que d'autres mots et attitudes discriminatoires - doit-il être supprimé de la littérature enfantine afin que les enfants n'adoptent pas de préjugés infondés et préjudiciables? C'est une question qui a été relancée par la ministre allemande de la Famille, Kristina Schröder. Si elle lisait à sa fille le classique de la littérature enfantine "Jim Knopf", le mot "bébé nègre", écrit par Michael Ende, ne franchirait pas ses lèvres. "Je le traduirais de manière synchrone pour empêcher mon enfant d'adopter de telles expressions", a-t-elle déclaré dans une interview à l'hebdomadaire "Die ZEIT". "Même sans mauvaise intention, les mots peuvent en effet faire du mal".

Kristina Schröder n'est pas la seule à adopter cette position. Depuis longtemps, la maison d'édition Oetinger a supprimé tous les mots "nègres" de ses livres. Fini le temps où le père de Pippi était le roi des nègres - aujourd'hui, il est le souverain des mers du Sud. Les éditions Thienemann ont également annoncé qu'elles allaient supprimer "les termes obsolètes et politiquement incorrects". "Nous allons passer au crible tous nos classiques", a annoncé l'éditeur Klaus Willberg dans le "taz". Les mots controversés ne seront pas remplacés, mais entièrement supprimés. Willberg justifie cette mesure par la nécessité d'adapter les livres aux changements linguistiques et politiques. "Les enfants ne pourront donc plus se déguiser en nègre, en chinoise ou en turque dans le livre "Die kleine Hexe" d'Otfried Preussler.

"Je trouve que c'est une bonne chose que les livres pour enfants n'utilisent pas de termes discriminatoires", peut-on lire sur le forum de "Erziehung-online". "Nous avons en effet déjà eu cette discussion à la maison, nous avons une ancienne édition de Pippi et j'ai alors dû expliquer à mes filles de 2 et 4 ans ce qu'est un nègre, que ce mot n'est pas approprié et pourquoi il ne l'est pas". Bien sûr, la question est immédiatement venue: "Et pourquoi Pippi a-t-elle le droit de dire ça" ?

La peur de la censure

"Je suis contre toute forme de censure. Au lieu de réécrire ou d'éradiquer des mots qui avaient autrefois une autre signification ou qui ne sont plus du tout utilisés aujourd'hui, il faudrait justement expliquer aux enfants les mots qu'ils ne comprennent pas ou qui leur semblent étrangers". Cet argument du forum de Büchertreff est sur la langue de nombreux opposants aux changements dans la littérature enfantine. "Ceux qui veulent des livres moralement irréprochables exigent la censure", préviennent-ils. La censure est interdite en Suisse et en Allemagne.

En outre, nombreux sont ceux qui voient la difficile question de savoir comment juger ce qui est moralement correct - et ce qui ne l'est pas. "N'est-ce pas un plaisir innocent que de s'habiller en Turc ou en nègre ?" demande par exemple "Die Zeit" de manière critique. Les enfants sentent qu'il ne s'agit pas ici de la Turque d'à côté ou de la camarade de classe chinoise, mais de l'exotique, de l'étranger. "Les livres pour enfants sont de la littérature et ont été écrits il y a longtemps, c'est pourquoi il faut laisser les mots tels qu'ils ont été écrits", peut-on lire dans le forum littéraire. Lorsque Pippi veut devenir princesse nègre, Astrid Lindgren ne veut certainement pas dire que Pippi veut opprimer tout un peuple. Ce qu'elle veut dire à la place se laisse deviner dans cette citation pleine de fantaisie: "J'aurai mon propre nègre qui me nettoiera tout le corps chaque matin avec du cirage. Pour que je devienne aussi noire que les autres enfants nègres", dit Pippi.

Le risque est que la tâche de débarrasser les livres pour enfants de toute discrimination devienne une tâche sans fin. Car n'est-il pas également discriminatoire de présenter les femmes en premier lieu comme des mères et des femmes au foyer? Si c'était le cas, une grande partie de tous les livres pour enfants devraient être directement retirés des rayons.

Ne pas laisser les enfants seuls avec les livres

"Actualiser les livres pour enfants", demandent les uns. "Laisser la littérature être littérature", les autres. Une discussion intéressante qui pourrait porter ses fruits.

"Il est important de ne pas trop se focaliser sur une seule histoire, mais d'avoir une vue d'ensemble de ce que l'on "balance" aux enfants", écrit "Der Freitag". Selon lui, les enfants devraient rencontrer dans les livres un mélange coloré d'imagination et d'ébauches de la réalité. Enfin, lire ne signifie pas se laisser manipuler, mais se confronter au monde pour développer ses propres points de vue et valeurs.

Les adultes peuvent aider. Au début, ils lisent des livres d'images aux très jeunes enfants. Les passages de texte sont encore petits, mais le flot de questions des enfants auxquelles les adultes peuvent répondre est grand. Les enfants de quatre ans demandent déjà "pourquoi ?" "Ils peuvent ressentir de l'empathie, et même de la malice. A cet âge, je pense que les enfants peuvent aussi comprendre que le mot "nègre" signifiait autrefois autre chose qu'aujourd'hui", explique le professeur Hartmut Kasten, psychologue, dans une interview accordée au "ZEIT".

Les livres présentant des rôles stéréotypés ne doivent pas être bannis des étagères s'ils plaisent aux enfants. Mais l'assortiment peut être complété - par d'autres livres qui conçoivent ou reflètent d'autres modèles de rôles.

Informations complémentaires :

Livres pour enfants et adolescents récompensés: goethe.de