Facebook Pixel
Temps libre

Comment motiver les enfants pour le sport et le fitness

Internet, la télévision et les consoles de jeux captivent les enfants. Pourtant, les parents ont de nombreuses possibilités d'inciter leur progéniture à quitter le canapé. Voici des conseils pour que vos enfants fassent du sport et restent en forme.

Beaucoup de garçons peuvent s'enthousiasmer pour le football parce que c'est un sport rapide.

La gymnastique peut procurer beaucoup de plaisir aux enfants. Photo: iStock, Brian McEntire, Thinkstock

Le fitness est important. Mais comment enthousiasmer mon enfant pour le sport? Pour la plupart des parents sportifs, cette question ne se pose pas. Leurs enfants ont absorbé le mouvement et l'activité physique pratiquement avec le lait maternel.

Susanne, 30 ans, a été une athlète passionnée pendant plus de 15 ans et est active dans un club de volley-ball depuis son adolescence. L'activité physique est vitale pour elle, c'est une composante élémentaire de sa vie. Le temps consacré au sport est fermement ancré dans son quotidien. Le lundi, c'est l'entraînement de volley-ball, le mardi et le jeudi, c'est le jogging de 8 kilomètres qui est au programme. Lukas, leur fils de cinq ans, ne connaît rien d'autre. Lorsqu'il était petit, il accompagnait sa maman dans le babyjogger, une poussette à grandes roues que les parents peuvent pousser pendant le jogging. Depuis un an, il suit l'itinéraire à vélo.

Les activités du week-end de cette famille de trois personnes sont également axées sur le sport: Roller, patinage sur glace en hiver, vélo ou natation. Pas étonnant que Lukas soit déjà membre du karaté pour enfants et du groupe bambin de l'équipe de football locale. Cet enfant n'a pas besoin d'être enthousiasmé par le sport, le sport est une évidence pour lui.

Mais tout le monde n'a pas la même envie de bouger que Susanne. Nathalie est l'une d'entre elles. "Le sport n'a jamais été particulièrement important pour moi", raconte la jeune mère. Ses parents l'ont inscrite au ski ou à la gymnastique aux agrès. "Au lieu de faire du sport, le week-end ou pendant les vacances, c'est la convivialité et la communication qui sont au programme. La famille se réunit régulièrement avec des amis, organise des barbecues ou des soirées de jeux. La petite fille n'est en contact avec le sport que lors de la gymnastique hebdomadaire au jardin d'enfants.

Encourager un enfant de la même manière dans tous les domaines est une tâche impossible. Une mère qui aime lire passera des heures avec son enfant à la bibliothèque ou dans les librairies. Elle lira ses livres préférés de l'enfance. Elle transmettra son passe-temps à ses propres enfants. Il se peut qu'elle ne joue pas d'un instrument et que sa progéniture grandisse sans écouter de musique.

Tout cela n'est pas grave, les enfants finiront par trouver leur propre passion et leur propre hobby. Cela dépend du talent, de l'intérêt, de l'encouragement et des possibilités. Toutefois, l'activité physique est un facteur de santé essentiel. Les enfants qui ne bougent pas et "s'assoient" sur le canapé pendant leur enfance ont un déficit bien plus important que ceux qui ne sont pas encouragés par leurs parents à faire de la musique. Le sport est important, il a un effet équilibrant, procure un sentiment de réussite et renforce la confiance en soi des enfants. Il permet en outre de prévenir le manque d'exercice et l'obésité. Grâce au sport, les enfants développent une meilleure perception de leur corps et entraînent leur coordination.

Conseils de parents en manque de sport

Petra, 28 ans

"Enfant, j'étais une grande fan d'Anja Fichtel, la célèbre escrimeuse. Je voulais absolument apprendre ce sport. Mais mes parents ne voulaient pas me conduire chaque semaine à l'entraînement. Je trouve cela encore aujourd'hui très dommage, car je ne pouvais pas me motiver pour un autre sport. C'est pourquoi j'accorde à ma fille un hobby plutôt inhabituel: elle fait de la voltige. Je la conduis deux fois par semaine à l'entraînement, mais cela en vaut la peine pour moi".

Maria, 34 ans

"Mon mari et moi ne sommes pas des fanatiques de l'exercice physique. C'est un trait de caractère que nous n'apprécions pas particulièrement tous les deux. C'est pourquoi nous avons décidé d'encourager le plaisir naturel de bouger de nos jumeaux de quatre ans. Une fois par semaine, nous choisissons une activité. En été, nous allons souvent nous baigner, faire une petite randonnée en montagne ou louer un canoë au centre de location de bateaux. En hiver, nous faisons du patin à glace ou de la luge. Mais nous avons aussi fait de l'escalade d'initiation en salle. Nous travaillons tous les deux et n'avons malheureusement pas le temps d'emmener régulièrement les enfants dans un club de sport pour enfants. Mais grâce aux activités familiales, nous espérons compenser cela".

Thorsten, 36 ans

"Honnêtement, je ne crois pas aux cours de judo, de ballet ou autres. Je suis d'avis que ce n'est que lorsque les enfants sont suffisamment autonomes pour pouvoir organiser l'aller et le retour qu'ils devraient s'engager dans un club. Notre fils joue au football sur le terrain de football, joue à cache-cache avec les enfants du voisinage ou fait du street hockey. Il peut ainsi se dépenser physiquement. Tout ne doit pas être organisé et coordonné par les parents".

Conseils d'experts

Stefan Cohn est professeur de sport diplômé et thérapeute en psychomotricité.

"Il ne faut pas enfermer les enfants dans un seul sport. Les enfants doivent s'orienter et non se spécialiser. Lorsqu'un enfant pratique très tôt un sport particulier, l'accent est souvent mis sur l'amélioration des performances. C'est justement au cours des six premières années de vie que le plaisir de bouger doit être stimulé. Le meilleur moyen d'y parvenir est le jeu: c'est par le jeu que l'on accède au mouvement. Dans les groupes de sport ludique, les enfants peuvent s'essayer à différents postes: Ils grimpent, courent, s'essaient à un jeu d'équipe,... Ils apprennent à sauter, à se rouler, à garder l'équilibre, etc. Ce sont des bases de mouvement qu'un enfant doit développer avant de connaître les bases techniques de certains sports.

Les groupes de jeux libres ou les groupes en forêt constituent des offres concrètes d'activité physique avec d'autres personnes. Ici, le jeu et le plaisir sont au premier plan. Les enfants comprennent: La vie est mouvement. Si la pression et l'idée de performance sont mises de côté, il y a de bonnes chances pour que la progéniture adopte un mode de vie sain et ressente l'envie et le plaisir de bouger.

Le meilleur âge pour apprendre un sport spécifique est la huitième année. L'enfant doit pratiquer ce sport par motivation personnelle et ne pas y être poussé".

Ballet

... reste un sport très apprécié des filles. Il convient aux enfants à partir de l'école maternelle. Il favorise la patience, la concentration et l'ambition. Ce sport offre peu de liberté, car les chorégraphies sont imposées. Le ballet ne convient pas vraiment pour se défouler et s'amuser en groupe.

Football

... est un classique pour les garçons. Dès qu'ils sont capables de faire trois pas en ligne droite, ils sont attirés par le ballon. Il existe des clubs de football dans presque tous les villages, et la relève est encouragée de manière intensive. La plupart du temps, les plus jeunes commencent à cinq ou six ans. L'entraînement de football favorise l'endurance, le sens du ballon et l'intégration dans un groupe. Le football est un sport qui demande beaucoup de temps: entraînement en semaine et matches le week-end. Mais pour de nombreux sportifs amateurs passionnés, ce sport n'est pas une activité éphémère, ils restent souvent actifs jusqu'à l'âge adulte. Il existe également de plus en plus de groupes de filles.

Tennis

... convient aux enfants qui se perdent dans les sports d'équipe. En effet, le tennis est un sport individuel. Pour que les prémices d'un bon jeu soient visibles, il faut s'entraîner au moins deux fois par semaine. De plus, le tennis est un peu plus cher que d'autres sports. Entre les cours de tennis, l'équipement et la cotisation, les parents doivent investir jusqu'à 65 CHF par mois.

Gymnastique

... convient comme alternative au ballet. L'entraînement n'est pas aussi rigide. Le jeu et le plaisir sont au premier plan pour les plus jeunes. Les enfants sont initiés au sport, bougent et apprennent à se comporter en groupe. Certains clubs proposent de la gymnastique mère-enfant ou de la gymnastique pré-scolaire. D'autres groupes suivent en fonction de l'âge.

Arts martiaux

... jouissent d'une grande popularité auprès de nombreux enfants. Le judo, le karaté et le taekwondo devraient d'abord être enseignés aux jeunes enfants de manière ludique. L'un des grands atouts de ces sports est l'augmentation de la confiance en soi et de la perception du corps. Lors du choix de l'école d'arts martiaux, veillez à ce que l'entraîneur ait de bonnes aptitudes pédagogiques. Si l'enfant a déjà des difficultés au sein d'un groupe ou s'il a une énorme confiance en lui, un sport d'équipe comme le handball ou le football serait plus approprié.

Équitation

... est le rêve de nombreuses jeunes filles. Pour commencer, les vacances à cheval sont une bonne solution. Les enfants y apprennent les bases. Ils entrent en contact avec les chevaux et peuvent déterminer si ce sport est vraiment fait pour eux. Si c'est le cas, il convient de trouver un centre équestre ou un club d'équitation à proximité de leur domicile. Une autre possibilité est le partage d'équitation.